FR3039

organisme génétiquement modifié


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un organisme génétiquement modifié (O.G.M.) est un être vivant dont l’ADN a été délibérément modifié par l’homme, par addition, modification ou suppression d’un ou plusieurs gènes.

Cette opération donne à un O.G.M. des caractéristiques nouvelles par rapport à l’organisme de départ. La modification de gènes est un phénomène naturel qui est à l’origine de l’évolution des espèces : on peut dire que la construction par l’homme d’un O.G.M. correspond à la réalisation rapide d’un changement qui aurait pu se faire lentement par sélection naturelle au cours de l’évolution.

L’intérêt et/ou la dangerosité des O.G.M. doit tenir compte :

- de la nature des produits codés par les gènes nouveaux et du bénéfice qu’on en attend ;

- du risque de dissémination de ces gènes dans d’autres [...]


La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus adaptés au niveau Junior
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter



« organisme génétiquement modifié » est également traité dans :

gène

Dans l’hérédité chromosomique, un gène est une région précise d’un chromosome qui définit un caractère héréditaire précis et en assure la transmission. Le gène est une sorte d’unité d’information génétique, transmise...  Lire l’article

ADN

L’ADN (acide désoxyribonucléique) est le support matériel de l’hérédité chez tous les organismes vivants (sauf quelques virus). Dans la cellule, l’ADN est enroulé sur lui-même avec des protéines dans les chromosomes....  Lire l’article

biologie moléculaire

L’expression « biologie moléculaire » fut créée en 1938 par un responsable de la fondation Rockefeller aux États-Unis. Cette fondation subventionnait de nombreux laboratoires de biologie et de médecine, et elle contr...  Lire l’article


Voir aussi


Médias des articles liés


Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis pour la version française.
ADN

Structure et composition de l'ADN. La double hélice et les 4 bases azotées.L'ADN, acide désoxyribonucléique, porte le message génétique de l'individu. Il se charge de transmettre, de génération en génération, toute une série de...

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis pour la version française.

© 2009 Encyclopædia Universalis France S.A.
Schéma de la structure de la double hélice d'ADN

Structure tridimensionnelle en double hélice de l'ADN, proposée par J. Watson et F. Crick. Cette molécule est constituée d'un enchaînement de nombreux motifs simples appelés nucléotides. Chacun d'eux comporte une base azotée – adénine...

Crédits : © 2009 Encyclopædia Universalis France S.A.

© 2005 Encyclopædia Universalis France S.A.
Structure d'une molécule d'ADN

La molécule d'ADN est à double brin. La synthèse d'une molécule d'ADN se fait à partir d'une amorce (à gauche), qui sera allongée, et d'un brin de la molécule initiale, qui servira de matrice (à droite) et qui permettra, par...

Crédits : © 2005 Encyclopædia Universalis France S.A.

© Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images
François Jacob

Le médecin et biologiste français François Jacob, ici en 1974, a partagé avec ses compatriotes André Lwoff et Jacques Monod le prix Nobel de physiologie ou médecine, en 1965, pour ses travaux sur la régulation génétique chez les bactéries.

Crédits : © Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

© Keystone/ Getty Images
Jacques Monod, Prix Nobel 1965

Biochimiste français, Jacques Monod, Prix Nobel de médecine en 1965, est nommé, en 1967, professeur au Collège de France. Il fut un des fondateurs de la biologie moléculaire en France.

Crédits : © Keystone/ Getty Images

© Editions Flammarion
La biologie est devenue moléculaire

Désormais, toute la biologie ou presque est devenue moléculaire. Ainsi, ce qu'on appelait « biologie de la cellule », puis « biologie cellulaire », est devenu « biologie moléculaire de la cellule », comme en atteste cet ouvrage...

Crédits : © Editions Flammarion

© Bettmann/ Getty Images
André Lwoff

Les biologistes français Jacques Monod (deuxième à partir de la droite), André Lwoff (à gauche de Monod) et François Jacob (à gauche de Lwoff), ont reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1965, pour leurs travaux sur la régulation...

Crédits : © Bettmann/ Getty Images

+ sur internet

FR3039