FR2127

LA GRANDE ODALISQUE, peinture de Jean Auguste Dominique Ingres


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Installé en Italie, Jean Auguste Dominique Ingres peint La Grande Odalisque en 1814. Commandée par la reine de Naples Caroline Murat, en pendant à une Dormeuse, La Grande Odalisque est envoyée à Paris, pour être exposée au Salon de 1819.

Le tableau surprit notamment par le traitement incorrect de l’anatomie, Ingres ayant préféré allonger le dos de 3 vertèbres contre toute vraisemblance, afin de mieux en souligner la courbure. L’artiste, qui ne s’était jamais rendu en Turquie ni en Afrique du Nord, s’inspira de récits de voyage ou de gravures contemporaines pour ses tableaux de harems. L’orientalisme du tableau était donc une pure invention et ne suscita pas beaucoup l’intérêt de la critique et du public. La réaction des visiteurs sera la même lorsque la toile sera à nouveau exposée [...]


La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus adaptés au niveau Junior
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter



« LA GRANDE ODALISQUE, peinture de Jean Auguste Dominique Ingres » est également traité dans :

INGRES, Jean Auguste Dominique (1780-1867)

Jean Auguste Dominique Ingres fut un peintre français du 19e siècle, considéré comme le dernier représentant de la tradition classique. Jean Auguste Dominique Ingres naît le 29 août 1780 à Montauban. Après s’être for...  Lire l’article

NU

Le nu est un genre artistique. La représentation du corps humain dans sa nudité se voit déjà dans les statuettes paléolithiques, comme la « Vénus de Willendorf », symbole de fécondité. À travers les siècles et les ci...  Lire l’article


Voir aussi


Médias des articles liés


© Bridgeman Images
La Petite Baigneuse, J.A.D. Ingres

Jean Auguste Dominique Ingres, La Petite Baigneuse, 1826. Huile sur toile, 32 cm × 25 cm.

Crédits : © Bridgeman Images

© Peter Willi/  Bridgeman Images
Vénus de Milo

La Vénus de Milo, sculpture grecque, vers 100 av. J.-C. Marbre. Musée du Louvre, Paris.

Crédits : © Peter Willi/ Bridgeman Images

© Bridgeman Images
Vénus endormie ou Vénus couchée, Giorgione

Giorgione, Vénus endormie ou Vénus couchée, vers 1508-1510. Huile sur toile, 108,5 cm × 175 cm. Gemäldegalerie, Dresde, Allemagne.

Crédits : © Bridgeman Images

+ sur internet

FR2127