Essai 10 jours gratuit

Candide ou L’Optimisme, de Voltaire (extrait)

Le début de Candide est célèbre : ironie, rapidité du style, capacité à dresser en quelques lignes un petit théâtre dont Candide sera bien malgré lui le héros. L'histoire peut commencer.

Il y avait en Westphalie, dans le château de M. le baron de Thunder-ten-tronckh, un jeune garçon à qui la nature avait donné les mœurs les plus douces. Sa physionomie annonçait son âme. Il avait le jugement assez droit, avec l'esprit le plus simple ; c'est, je crois, pour cette raison qu'on le nommait Candide. Les anciens domestiques de la maison soupçonnaient qu'il était fils de la sœur de monsieur le baron et d'un bon et honnête gentilhomme du voisinage, que cette demoiselle ne voulut jamais épouser parce qu'il n'avait pu prouver que soixante et onze quartiers, et que le reste de son arbre [...]

Source : Voltaire, Candide ou L’Optimisme, chap. 1er, 1759 (extrait)

Pour citer l'article : « Candide ou L’Optimisme, de Voltaire (extrait) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/candide-ou-l-optimisme-de-voltaire-extrait/

Ce document est lié à l'article Voltaire