FR3667

retable


À l’origine, le retable est un simple rebord situé à l’arrière de l’autel où l’on pose les objets liturgiques. Puis l’habitude se développe d’y placer des reliques et des images vénérables. Le retable devient, au Moyen Âge, un véritable écran de pierre, de bois sculpté ou de matières précieuses (or, argent, émail). Le plus somptueux exemple est la Pala d’Oro à Saint-Marc de Venise (10e-13e siècle).

À partir du 14e siècle, le développement de la peinture sur panneau donne une importance croissante à la peinture dans les retables. Apparaissent alors différentes formules d’agencement : d’une part, les petits tableaux de dévotion, faits généralement de 2 volets se refermant l’un sur l’autre (diptyque) ; d’autre part, les ensembles destinés aux églises avec, encadrant un panneau [...]



Inscrivez-vous et accédez à cet article dans son intégralité ...

Essai 10 jours gratuit

Document


  • Le retable d’Issenheim, de Matthias Grünewald
    Matthias Grünewald fut un peintre allemand 15e-16e siècle. Son œuvre s’inspire de thèmes sacrés, plus précisément des souffrances et de l’œuvre rédemptrice du Christ. Le retable…


Voir aussi

+ sur internet

Pour citer l’article

« retable ». In Universalis Junior [en ligne]. Encyclopædia Universalis, consulté le . Disponible sur http://junior.universalis.fr/encyclopedie/retable/

FR3667