Essai 10 jours gratuit

Madame Bovary, de Gustave Flaubert (extrait)

Prisonnière de la réalité : telle nous est montrées Emma Bovary par Flaubert. L'abondance des détails précis, sous un apparent naturalisme, révèle le tragique d'une existence submergée par la banalité.

Emma devenait difficile, capricieuse. Elle se commandait des plats pour elle, n'y touchait point, un jour ne buvait que du lait pur, et, le lendemain, des tasses de thé à la douzaine. Souvent elle s'obstinait à ne pas sortir, puis elle suffoquait, ouvrait les fenêtres, s'habillait en robe légère. Lorsqu'elle avait bien rudoyé sa servante, elle lui faisait des cadeaux ou l'envoyait se promener chez les voisines, de même qu'elle jetait parfois aux pauvres toutes les pièces blanches de sa bourse, quoiqu'elle ne fût guère tendre cependant, ni facilement accessible à l'émotion [...]

Source : Gustave Flaubert, Madame Bovary, I, 9, 1856 (extrait)

Pour citer l'article : « Madame Bovary, de Gustave Flaubert (extrait) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/madame-bovary-de-gustave-flaubert-extrait/

Ce document est lié à l'article Flaubert, Gustave