1716

Essai 10 jours gratuit

L’Assommoir, d’Émile Zola (extrait)

Publié en 1876, L'Assommoir d'Émile Zola décrit et dénonce les ravages de la misère et de l'alcoolisme dans le monde ouvrier de l'époque. Dans cet extrait, Gervaise (le personnage principal) a vu mourir son mari du délire causé par l'alcool. Elle tombe, à son tour, dans la mendicité et l'alcoolisme.

Gervaise dura ainsi pendant des mois. Elle dégringolait plus bas encore, acceptait les dernières avanies, mourait un peu de faim tous les jours. Dès qu'elle possédait quatre sous, elle buvait et battait les murs. On la chargeait des sales commissions du quartier. Un soir, on avait parié qu'elle ne mangerait pas quelque chose de dégoûtant ; et elle l'avait mangé, pour gagner dix sous. M. Marescot s'était décidé à l'expulser de la chambre du sixième. Mais, comme on venait de trouver le père Bru mort dans son trou, sous l'escalier, le propriétaire avait bien voulu lui laisser cette niche. Maintenant, elle habitait la niche du père Bru. C'était là-dedans, sur de la vieille paille, qu'elle claquait du bec, le ventre vide et les os glacés. La terre ne voulait pas d'elle, apparemment. Elle devenait idiote, elle ne songeait seulement pas à se jeter du sixième sur le pavé de la cour, pour en finir. La mort devait la prendre petit à petit, morceau par morceau, en la traînant ainsi jusqu'au bout dans la sacrée existence qu'elle s'était faite. Même on ne sut jamais au juste de quoi elle était morte.

Source : Émile Zola, L'Assommoir, chapitre 13



Pour citer l'article : « L’Assommoir, d’Émile Zola (extrait) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/l-assommoir-d-emile-zola-extrait1/

Ce document est lié à l'article alcoolisme