FR2880

édit de Caracalla


La Constitution antoninienne, appelée édit de Caracalla, accorda en 212 le droit de cité romaine à tous les habitants libres de l’Empire qui ne l’avaient pas encore.

Les raisons de cette constitution impériale (décision de l’empereur qui a force de loi) sont mal connues : fiscales (élargir l’assiette de l’impôt), politiques (rallier les provinciaux à l’empereur Caracalla, après qu’il a assassiné son propre frère, Geta), philosophiques (stoïcisme de l’entourage impérial) ou administratives (simplification des procédures en unifiant les statuts individuels).

La portée d’une telle mesure est en revanche considérable, même si certains effets sont discutés. Les implications politiques notamment sont faibles, la citoyenneté romaine sous l’Empire étant constituée d’une série de droits plus [...]



Inscrivez-vous et accédez à cet article dans son intégralité ...

Essai 10 jours gratuit

Document


  • Extension de la citoyenneté romaine : grandes dates
    La Constitution prise par l’empereur Caracalla qui donnait, selon ses propres termes, « à tous les pérégrins (étrangers) qui sont sur terre la citoyenneté romaine » a, depuis l’Antiquité, une grande…

« édit de Caracalla » est également traité dans :

Empire romain

Au 1er siècle av. J.-C., la République romaine s’affaiblit en raison d’importants troubles internes. Des généraux, comme Marius et Sylla, cherchent à en profiter. Forts de leurs conquêtes militaires, soutenus par leu...  Lire l’article


Voir aussi


Médias de l’article lié


© Peter Willi/  Bridgeman Images
Statue d'Auguste

Statue de l'empereur romain Auguste, Ier siècle. Marbre. Musée du Louvre, Paris.

Crédits : © Peter Willi/ Bridgeman Images

© Bridgeman Images
Gemme Auguste, art romain

La Gemme Auguste représente la glorification d'Auguste et la victoire militaire romaine. Camée gravé sur onyx, début du Ier siècle apr. J.-C.

Crédits : © Bridgeman Images

© Encyclopædia Universalis France ; Jean Pragen, Tony Stone Images/ Getty
Architecture impériale à Rome, Italie

Parmi les principaux monuments de Rome à la fin de la République, notons le temple rond d'influence hellénistique, le forum romain – centre politique et religieux – et le Circus Maximus dédié aux spectacles.

Crédits : © Encyclopædia Universalis France ; Jean Pragen, Tony Stone Images/ Getty

+ sur internet

Pour citer l’article

« édit de Caracalla ». In Universalis Junior [en ligne]. Encyclopædia Universalis, consulté le . Disponible sur http://junior.universalis.fr/encyclopedie/edit-de-caracalla/

FR2880