Essai 10 jours gratuit

Le jazz modal

À partir de la fin des années 1950, des jazzmen adoptent une démarche dans laquelle la modalité prévaut sur la tonalité. Tous les courants du jazz vont peu à peu être concernés par cette approche.

Le jazz modal ne peut pas vraiment être considéré comme un courant à part entière ; il s'agit plutôt d'une approche dans l'improvisation promue dans les années 1950 par le compositeur, batteur, pianiste et pédagogue George Russell, avec ses théories sur le mode lydien, exposées dans son livre The Lydian Chromatic Concept of Tonal Organization for Improvisation (1959).

Dès 1958, Miles Davis s'intéresse aux climats créés par l'improvisation modale, notamment dans son album Milestones : dans le titre du même nom, le pianiste Red Garland joue des séquences [...]

Pour citer l'article : « Le jazz modal », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/le-jazz-modal/

Ce document est lié à l'article musique modale