Essai 10 jours gratuit

Le dopage d’État en République démocratique allemande

Les dirigeants de la République démocratique allemande souhaitaient, dans les années 1960, faire accélérer la reconnaissance internationale de leur pays. Ils pensaient que de brillants résultats sportifs aux jeux Olympiques pouvaient les y aider. Ainsi, Walter Ulbricht, président du Conseil d’État de la République démocratique allemande, appelaient les champions des « diplomates en survêtement ». Ce n’est qu’après la chute du Mur de Berlin, en 1989, que l’ampleur du dopage en République démocratique allemande fut révélée.

La Stasi (police secrète) a détruit beaucoup de ses archives avant la chute du Mur de Berlin, mais pas toutes. L’analyse des documents restants permettra de révéler toute la mécanique sportive est-allemande. Celle-ci fut instituée au mépris de l’éthique, mais surtout de la santé des sportifs. « Médecins » et « scientifiques » avaient carte blanche pour élaborer des techniques de dopage sophistiquées et contourner les contrôles. Plus de 10 000 sportifs ont subi ce dopage contraint. Des programmes planifiaient soigneusement le dopage organisé. Il touchait chaque année [...]

Pour citer l'article : « Le dopage d’État en République démocratique allemande », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/le-dopage-d-etat-en-republique-democratique-allemande/

Ce document est lié à l'article dopage