Essai 10 jours gratuit

L’Oulipo, un travail sur les mots

À l'opposé des avant-gardes du 20e siècle, l'Oulipo soutient que l'invention littéraire n'est pas favorisée par le refus violent, mais par la connaissance. Son travail sur les mots est à la fois extrêmement artisanal et extrêmement conceptuel. Ambition et modestie, fabrique et pensée s'y révèlent indissociables.

À partir de la recherche sur la forme qui caractérise les travaux de l'Oulipo, des auteurs ont produit des livres à la fois très personnels et reconnaissables à une certaine marque de fabrique : Raymond Queneau, Cent Mille Milliards de poèmes (1961) ; Georges Perec, La Disparition (1969), La Vie mode d'emploi (1978), Je me souviens (1978) ; Italo Calvino, Le Château des destins croisés (1969) et Si par une nuit d'hiver un voyageur (1979) ; Jacques Roubaud, La Belle Hortense (1985) ; Harry Mathews, Cigarettes (1987)…

Pour citer l'article : « L’Oulipo, un travail sur les mots », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/l-oulipo-un-travail-sur-les-mots/

Ce document est lié à l'article Oulipo