Essai 10 jours gratuit

L’Éducation sentimentale, de Gustave Flaubert (extrait) : le temps de la désillusion

Dans L'Éducation sentimentale, de Gustave Flaubert, l'Histoire est bien présente, mais on est loin du souffle qui animait un Victor Hugo. Les événements de février 1848, qui provoquèrent le départ de Louis-Philippe et la chute de la royauté, prennent ainsi très vite une tournure grotesque. Le carnaval a remplacé l'épopée.

Comme les affaires étaient suspendues, l'inquiétude et la badauderie poussaient tout le monde hors de chez soi. Le négligé des costumes atténuait la différence des rangs sociaux, la haine se cachait, les espérances s'étalaient, la foule était pleine de douceur. L'orgueil d'un droit conquis éclatait sur les visages. On avait une gaieté de carnaval, des allures de bivac ; rien ne fut amusant comme l'aspect de Paris, les premiers jours.

Frédéric prenait la Maréchale à son bras ; et ils flânaient ensemble dans les rues. Elle se divertissait des rosettes décorant [...]

Source : Gustave Flaubert, L'Éducation sentimentale, partie III, chap. I, 1869 (extrait)

Pour citer l'article : « L’Éducation sentimentale, de Gustave Flaubert (extrait) : le temps de la désillusion », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/l-education-sentimentale-de-gustave-flaubert-extrait-le-temps-de-la-desillusion/

Ce document est lié à l'article L'Éducation sentimentale, livre de Gustave Flaubert