Essai 10 jours gratuit

Hommage d’André Malraux à Jean Moulin

Le 19 décembre 1964, les cendres de Jean Moulin sont transférées au Panthéon, en présence du général de Gaulle. André Malraux prononce alors un discours resté gravé dans les mémoires.

Monsieur le président de la République,

Voici donc plus de 20 ans que Jean Moulin partit, par un temps de décembre [sans doute semblable à celui-ci], pour être parachuté sur la terre de Provence, et devenir le chef d'un peuple de la nuit. Sans cette cérémonie, combien d'enfants de France sauraient son nom ? Il ne le retrouva lui-même que pour être tué […]

On sait ce que Jean Moulin pensait de la Résistance, au moment où il partit pour Londres : « Il serait fou et criminel de ne pas utiliser, en cas d'action alliée sur le continent, ces troupes prêtes aux [...]

Source : discours d’André Malraux sur Jean Moulin, prononcé le 19 décembre 1964 (extrait)

Pour citer l'article : « Hommage d’André Malraux à Jean Moulin », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/hommage-d-andre-malraux-a-jean-moulin/

Ce document est lié à l'article Moulin, Jean