Essai 10 jours gratuit

Contes de la bécasse, de Guy de Maupassant (extrait) : imiter le langage parlé

Dans « Les Sabots », un des Contes de la bécasse (1883) de Guy de Maupassant, une jeune paysanne, Adélaïde, entre au service d'un maître aussi exigeant que capricieux. L'écrivain rend la vivacité du dialogue à travers l'imitation du langage parlé.

À midi elle servit le dîner du maître dans sa petite salle à papier peint, puis, quand la soupe fut sur la table, elle alla prévenir M. Omont.

« C'est servi, not' maître. »

Il entra, s'assit, regarda autour de lui, déplia sa serviette, hésita une seconde, puis, d'une voix de tonnerre :

« Adélaïde ! »

Elle arriva, effarée. Il cria comme s'il allait la massacrer. « Eh bien, nom de D... et té, oùsqu'est ta place ? »

« Mais... not' [...]

Source : Guy de Maupassant, Contes de la bécasse, 1883 (extrait)

Pour citer l'article : « Contes de la bécasse, de Guy de Maupassant (extrait) : imiter le langage parlé  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/contes-de-la-becasse-de-guy-de-maupassant-extrait-imiter-le-langage-parle/

Ce document est lié à l'article dialogue