FR4244

Mirabeau, Honoré Gabriel Riquetti, comte de

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis


Le comte de Mirabeau fut une des personnalités les plus célèbres de la Révolution française.

Honoré Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau, naît le 9 mars 1749 dans une famille de la noblesse provençale. Il est atteint très jeune de la petite vérole, qui le rendra très laid. Il vit une jeunesse agitée, dépense beaucoup d’argent, contracte des dettes, s’échappe de l’armée et multiplie les aventures amoureuses. À plusieurs reprises, son père, Victor Riquetti, marquis de Mirabeau, le fait mettre en prison en raison de sa mauvaise conduite. Il est notamment enfermé au fort de Vincennes, où il reste pendant 42 mois. Mirabeau en profite pour rédiger plusieurs livres, dont un essai : Des lettres de cachet et des prisons d’État.

En 1789, Mirabeau, rejeté par sa classe, la noblesse, parvient [...]



Inscrivez-vous et accédez à cet article dans son intégralité ...

Essai 10 jours gratuit

« Mirabeau, Honoré Gabriel Riquetti, comte de » est également traité dans :

tiers état

Le tiers état désigne la majeure partie de la population française sous l’Ancien Régime. La société d’Ancien Régime est une société divisée en trois ordres suivant leur fonction ou leur naissance : deux ordres privil...  Lire l’article

sans-culottes

Sous la Révolution française, on appelait « sans-culottes » les habitants des villes issus du petit peuple, artisans ou ouvriers, qui réclamaient une république égalitaire. On reconnaît le sans-culotte à son apparenc...  Lire l’article


Voir aussi


Médias des articles liés


© Bulloz/ The Bridgeman Art Library
Marche des femmes sur Versailles, 5 octobre 1789

Le 5 octobre 1789, les femmes du tiers état parisien marchèrent sur Versailles pour réclamer du pain au roi.

Crédits : © Bulloz/ The Bridgeman Art Library

© D'après Augustin Challamel, Histoire-musée de la république Française, depuis l'assemblée des notables, Paris, 1842
Sans-culotte

Pantalon à rayures, bonnet phrygien, cocarde, tels sont les signes distinctifs des sans-culottes, porte-parole du petit peuple des villes pendant la Révolution française. Gravure d'Émile Wattier.

Crédits : © D'après Augustin Challamel, Histoire-musée de la république Française, depuis l'assemblée des notables, Paris, 1842

+ sur internet

FR4244