Essai 10 jours gratuit

Salammbô, de Gustave Flaubert (extrait) : évoquer l’Orient

Dans Salammbô (1862), Gustave Flaubert cherche à la fois à évoquer l'Orient, qu'il a découvert dans ses voyages, et à donner le sentiment de l'Antiquité, puisque le roman se déroule à Carthage au moment de sa toute-puissance. Pour décrire l'aube qui se lève sur la ville, il emploie des notations très colorées, joue des contrastes à la manière des peintres et emploie des noms de lieux qui renforcent le sentiment d'étrangeté.

Mais une barre lumineuse s'éleva du côté de l'Orient. À gauche, tout en bas, les canaux de Mégara commençaient à rayer de leurs sinuosités blanches les verdures des jardins. Les toits coniques des temples heptagones, les escaliers, les terrasses, les remparts, peu à peu, se découpaient sur la pâleur de l'aube ; et tout autour de la péninsule carthaginoise une ceinture d'écume blanche oscillait tandis que la mer couleur d'émeraude semblait comme figée dans la fraîcheur du matin. Puis à mesure que le ciel rose allait s'élargissant, les hautes [...]

Source : Gustave Flaubert, Salammbô, 1862 (extrait)

Pour citer l'article : « Salammbô, de Gustave Flaubert (extrait) : évoquer l’Orient  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/salammbo-de-gustave-flaubertextrait-evoquer-l-orient/

Ce document est lié à l'article description