Essai 10 jours gratuit

Les Contemplations, de Victor Hugo (extrait) : le poète, âme du monde

Dans ce poème situé au tout début des Contemplations, Victor Hugo propose une image du poète toute proche de celle d'Orphée.

Le poète s'en va dans les champs ; il admire,

Il adore, il écoute en lui-même une lyre ;

Et, le voyant venir, les fleurs, toutes les fleurs,

Celles qui des rubis font pâlir les couleurs,

Celles qui des paons même éclipseraient les queues,

Les petites fleurs d'or, les petites fleurs bleues,

Prennent, pour l'accueillir agitant leurs bouquets,

De petits airs penchés ou de grands airs coquets,

Et, familièrement, car cela sied aux belles :

Tiens ! c'est notre amoureux qui passe! disent-elles.

Et, pleins de jour et d'ombre et de confuses voix,

Les grands arbres profonds qui vivent dans les [...]

Source : Victor Hugo, Les Contemplations, 1856 (extrait)

Pour citer l'article : « Les Contemplations, de Victor Hugo (extrait) : le poète, âme du monde », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/les-contemplations-de-victor-hugo-extrait-le-poete-ame-du-monde/

Ce document est lié à l'article lyrisme