Essai 10 jours gratuit

Le Neveu de Rameau, de Denis Diderot (extrait) : un parasite philosophe

Dès le début du livre, Diderot brosse un portrait de son personnage, rencontré au Palais-Royal. Il souligne immédiatement son ambivalence, sa capacité à changer d'apparence selon la bonne ou la mauvaise fortune.

Rien ne dissemble plus de lui que lui-même. Quelquefois, il est maigre et hâve, comme un malade au dernier degré de la consomption ; on compterait ses dents à travers ses joues. On dirait qu'il a passé plusieurs jours sans manger, ou qu'il sort de la Trappe. Le mois suivant, il est gras et replet, comme s'il n'avait pas quitté la table d'un financier, ou qu'il eût été renfermé dans un couvent de Bernardins. Aujourd'hui, en linge sale, en culotte déchirée, couvert de lambeaux, presque sans souliers, il va la tête basse, il se dérobe, on serait tenté de l'appeler, [...]

Source : Denis Diderot, Le Neveu de Rameau, 1805 (extrait)

Pour citer l'article : « Le Neveu de Rameau, de Denis Diderot (extrait) : un parasite philosophe  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/le-neveu-de-rameau-de-denis-diderot-extrait-un-parasite-philosophe/

Ce document est lié à l'article personnage