Essai 10 jours gratuit

Le juge d’instruction, « homme le plus puissant de France »

Napoléon Ier aurait dit du juge d'instruction qu'il était « l'homme le plus puissant de France ». Le débat sur le pouvoir de ce magistrat n’est pas nouveau. Voici ce qu’en disait Balzac dans Splendeurs et misères des courtisanes.

Aucune puissance humaine, ni le Roi, ni le garde des Sceaux, ni le Premier ministre ne peuvent empiéter sur le pouvoir d’un juge d’instruction, rien ne l’arrête, rien ne lui commande. C’est un souverain soumis uniquement à sa conscience et à la loi. En ce moment où philosophes, philanthropes et publicistes sont incessamment occupés à diminuer tous les pouvoirs sociaux, le droit conféré par nos lois aux juges d’instruction est devenu l’objet d’attaques d’autant plus terribles qu’elles sont presque justifiées par ce droit, qui, disons-le, est exorbitant.

Source : Honoré de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, 1847 (extrait)

Pour citer l'article : « Le juge d’instruction, « homme le plus puissant de France » », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/le-juge-d-instruction-homme-le-plus-puissant-de-france/

Ce document est lié à l'article juge d'instruction