Essai 10 jours gratuit

Le feuilleton, une littérature industrielle

Parce qu'il doit s'accorder au rythme et aux exigences de la presse, le travail du romancier populaire est extrêmement contraignant. On est très loin ici de l'image romantique du créateur. Le travail a remplacé l'inspiration.

Même les plus fortunés connaissent la servitude du feuilletoniste, forcé de remettre sa copie au jour le jour et dans l'urgence. Auteur vedette du Petit Journal, Émile Gaboriau se lamente, dans une lettre à sa sœur : « Pris à l'improviste par Le Dossier no 113 [...], je l'écris au jour le jour et j'ai donné hier soir le feuilleton que vous lirez demain matin. On n'imagine pas, quand on n'en a pas tâté, ce que c'est qu'un travail pareil. L'assujettissement est affreux. On ne peut disposer d'une minute, la [...]

Pour citer l'article : « Le feuilleton, une littérature industrielle », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/le-feuilleton-une-litterature-industrielle/

Ce document est lié à l'article roman-feuilleton