1767

Essai 10 jours gratuit

La querelle des Bouffons

La « querelle des Bouffons » éclata à Paris en 1752. Elle opposa les partisans de la musique lyrique française, établie par Jean-Baptiste Lully et renouvelée par Jean-Philippe Rameau, et ceux de la musique lyrique italienne dans le style bouffe, représentée par des compositeurs comme Jean-Baptiste Pergolèse, Rinaldo da Capua, Gaetano Latilla et Vincenzo Legrenzio Ciampi. Ce style nouveau exerça par la suite une influence féconde sur l'opéra-comique français.

La serva padrona de Jean-Baptiste Pergolèse, représentée pour la première fois à Paris en 1746, fut donnée à l'Opéra par les Bouffons italiens comme spectacle d'ouverture le 1er août 1752. Elle déchaîna l'enthousiasme et porta ainsi le premier coup au style solennel et un peu conventionnel de l'opéra français, pourtant admirablement défendu par Jean-Philippe Rameau.

L'arrivée des Italiens, et leur triomphe avec La serva padrona de Pergolèse, déclencha finalement une querelle qui allait diviser la Cour et la Ville. Les Bouffons, comme on appelait alors les musiciens italiens, présentèrent ensuite différents intermezzi. Dès les premières représentations, souvent houleuses, une guerre de pamphlets se déclencha et chacun prit parti pour ou contre les Italiens.

Les promoteurs de ce genre nouveau pour la France, l'opéra bouffe italien, y acclamaient, par réaction contre les dieux et les héros de l'opéra français de Lully et de Rameau, des personnages simples, à la gaieté bon enfant et qui exprimaient des sentiments quotidiens dans des ariettes naïves.

En opposition au caractère grave et noble de la tragédie lyrique française, ces petites œuvres aimables des compositeurs italiens faisaient découvrir des airs d'une charmante vivacité, accompagnés de récitatifs rapides. Cependant, cette querelle, qui venait de prendre des proportions telles qu'elle donna naissance à plus d'une cinquantaine de pamphlets, était faussée à la base. Les partisans de la musique italienne contre la musique française auraient dû, en effet, pour être justes, opposer à l'opéra français l'opera seria italien et non pas l'opéra bouffe, d'un style tout différent. Mais les opera seria d'Alessandro Scarlatti, de Leonardo Vinci, de Pergolèse et de Niccolò Jommelli étaient alors totalement inconnus en France.

Pour citer l'article : « La querelle des Bouffons », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/la-querelle-des-bouffons/

Ce document est lié à l'article Pergolèse, Jean-Baptiste