752

Essai 10 jours gratuit

Culte des ancêtres et christianisme

Que le culte des ancêtres soit un sentiment religieux bien profond dans les couches populaires européennes, on en a la preuve dans le fait qu’il finit par être toléré, sinon assimilé, par le christianisme.

Le culte des saints se développe comme un prolongement et une amplification du culte des martyrs. Le point de départ est toujours la tombe et la légende qui révèle sa découverte miraculeuse. La dévotion populaire était si forte que le pape Damase (366-384) organisa lui-même le culte des saints, en cherchant les tombeaux de martyrs oubliés dans les catacombes et en leur consacrant des épitaphes ; autrement dit, en leur procurant une légende. Plus tard, on transfère la tombe du saint à l'intérieur de l'église, auprès ou au-dessous de l'autel.

Il y a, certes, une grande différence entre la conception chrétienne de la sainteté et de la capacité d'intercession des saints, et les différents types préchrétiens de culte des ancêtres. Pourtant, il existe entre eux un élément commun : par leur propre mode d'être, qui est d'essence « spirituelle », les ancêtres sont non seulement plus « sages » et plus puissants que les vivants, mais aussi plus proches des dieux ; par conséquent, ils servent de médiateurs entre la divinité et les hommes, et sont capables d'intercéder auprès des dieux au profit de leurs descendants et de l'ensemble des vivants.

Pour citer l'article : « Culte des ancêtres et christianisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/culte-des-ancetres-et-christianisme/

Ce document est lié à l'article culte des morts