Essai 10 jours gratuit

Correspondances, de Charles Baudelaire

Dans le poème « Correspondances », tiré de la quatrième partie (Spleen et idéal) des Fleurs du mal (1857), Charles Baudelaire évoque la synesthésie, ou correspondance entre les sens.

La Nature est un temple où de vivants piliers

Laissent parfois sortir de confuses paroles ;

L’homme y passe à travers des forêts de symboles

Qui l’observent avec des regards familiers.

 

Comme de longs échos qui de loin se confondent

Dans une ténébreuse et profonde unité,

Vaste comme la nuit et comme la clarté,

Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

 

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,

Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,

– Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

 

Ayant [...]

Source : Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, « Correspondances » (1857)

Pour citer l'article : « Correspondances, de Charles Baudelaire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://junior.universalis.fr/document/correspondances-de-charles-baudelaire/

Ce document est lié à l'article art total